Le Monde de Flore

Mama, Yoga & Autoconstruction...

Après un an et demi sans écrire...

Voilà 18 mois que je suis maman, et je commence tout juste à sortir la tête de l'eau.

Avec cette impression d'avoir traversé un ouragan...

Aujourd'hui, encore tout étourdie, je savoure doucement le calme qui revient, les quelques instants de silence. Et les mots qui coulent à nouveau, timidement. Que c'est bon d'écrire. C'est peut être ce qui m'avait le plus manqué.

Dans ce tableau interne encore ruisselant, je sens les premières lueurs du soleil sur ma peau, j'entends presque les dernières gouttes qui tombent, et les premiers chants des oiseaux qui osent enfin sortir de leur cachette...


Voilà comment je sens mon monde intérieur. Le calme après la tempête.



Aujourd'hui, c'est mon anniversaire. J'ai couché mon fils avec le sourire après un bain ensemble, Martin est parti comme tous les mardis soirs s'enivrer sur les murs d'escalade, et moi je ne pensais pas un jour autant savourer une soirée d'anniversaire seule.

La nuit est déjà tombée. Malgré les journées encore chaudes on peut sentir dans cette obscurité soudaine l'automne qui pointe son nez.

Dans ce silence, et cet appartement qui lui-même semble étourdi de retrouver le calme après cette journée de rires et d'agitation, j'écoute ce que mon coeur désire. Dérouler mon tapis ? Oui c'est sur. Mais écrire, encore plus. Ça fait quelques temps que j'y pense, maintenant c'est le moment.

Je sors mon petit bureau prêt du sol, je met en place mes coussins sur le tapis, une petite bougie et c'est parti. Joyeux anniversaire Flore :) 28 tours autour du soleil. Et c'est parti pour un de plus... Qui s'annonce tellement beau !




J'ai le sentiment que je vais enfin pouvoir profiter de tout ce pour quoi je me suis battue depuis un an et demi... Ces journées non stop, ces nuits sans sommeils, ces cernes incrustées sous mes yeux... tout ça commence à faire sens, à porter ses fruits.

Loup devient un petit garçon extraordinairement facile et agréable. Il est très curieux, très dynamique certes, il fonce dans la vie, mais on le sent très serein. Il rit beaucoup plus qu'il ne pleure, et en tant que parent c'est beau à constater. C'est sûrement beaucoup dû à son merveilleux papa qui depuis sa naissance a arrêté de travailler pour rester avec lui 24/24, 7j/7.

En parallèle, Soham Yoga est devenu ce vrai espace de lumière et de bienveillance que nous voulions créer. Les élèves sont là, le bouche-à-oreille est là, et surtout tous ses sourires à la fin de chaque pratique... Je pense que nous pouvons être fières, avec Francine, d'avoir créer ce lieu. D'être passées de l'autre côté, celui de la dure loi du marché. De se battre pour exister, de résister à la surenchère des photos instagram, des m'as-tu vus, de rester dans le Yoga.

Ce centre, c'est chez nous, tout simplement. Nous avons posé là tout notre coeur, notre amitié, notre bienveillance envers les élèves. Nous restons nous-mêmes, dans le seul désire de toujours continuer à partager le Yoga qui nous fait vibrer.

Pour finir, tous ces kilomètres parcourus l'année dernière, avec Martin. C'était aussi beaucoup de temps et beaucoup d'énergie pour trouver l'endroit où nous irions vivre... Fin 2019-début 2020 nous avons visité des dizaines de terrains, des dizaines de villages, éplucher des centaines d'annonce sur leboncoin, et tellement de mails, et tellement d'agences immobilières, nous sommes allés jusqu'en Auvergne ! Et finalement, on a trouvé. Pas très loin, un super coin, en Ariège. 2500m2 qui portent tous les critères que nous recherchions. Et puis il en a fallu des heures à garder Loup toute seule entre mes cours, pour que Martin puisse se plonger dans les plans de la maison et le permis de construire...

Et hier, le permis a été accepté, un beau cadeau d'anniversaire :) C'est parti pour cette belle aventure de l'autoconstruction !

Ça y est, je peux commencer à lever le pied. Tout ça, c'est fait, et ce n'est plus à faire. J'étais sur tous les fronts, mais ça porte ses fruits : Loup est beau, le centre est beau, le terrain est beau... Bien joué Flore, Bravo Martin, merci la vie !


De mon côté, j'ai retrouvé doucement la confiance. La confiance en tant que maman. Certes, la culpabilité ressurgit parfois (toutes les mamans sauront de quoi je parle...), quand pour une énième fois je dis "Maman doit travailler", ou quand je suis très heureuse de pouvoir laisser Loup un après midi chez les grands parents pour profiter de quelques heures au calme...

Je crois avoir enfin fait mon deuil de l'allaitement catastrophique, de tous ces idéaux, l'image de la mère parfaite que j'avais avant la naissance et qu'en fait je ne suis pas.

J'ai enfin accepté la maman entrepreneure, celle qui a (presque) constament une partie de ses pensées vers ce deuxième bébé, Soham Yoga, lui qui a parfois pris trop de place face à mon propre fils...

J'ai enfin fait la paix avec mon corps. Après tellement de bataille et mon obstination à retrouver ce corps d'avant. Je suis maman, j'ai porté le monde et j'ai laissé la vie exploser mon bas-ventre en son passage... Mon corps ne sera jamais comme avant, c'est ainsi. J'ai arrêté de m'en attrister, et j'ai retrouvé la fierté. Je me sens bien dans mon corps, c'est tout ce qui compte. Maintenant, je suis prête à le chérir, à le remercier, à en prendre soin à nouveau.


Pour résumé, j'ai enfin réussi à trouver un certain équilibre, à interchanger mes casquettes : celle de maman, celle de yogi, celle d'entrepreneure, celle d'amoureuse, et celle de jeune femme qui a aussi besoin de temps pour elle et de sortir un midi en terrasse avec ses copines.



Le confinement a été un vrai déclic pour moi, et c'est d'ailleurs dans cette période en suspension que son nés Les Cercles Blancs. J'étais arrivée dans ce mois de mars à genoux, complètement lessivée et à côté de moi même. Quelle bénédiction cette pause forcée ! Après un an la tête dans le guidon, à courir partout...

Le confinement m'a permis de me reposer, de me retrouver, et bien sûr de sentir très vite cette nouvelle flamme s'allumer en moi : celle de l'inspiration. Une nouvelle envie, un nouveau projet, voilà ma prochaine direction. Pousser encore plus loin mon accompagnement aux autres. Créer un espace où je puisse être moi-même, et où chacun puisse être soi-même, en toute sincérité. Les Cercles Blancs. Le défi des 3 Lunes.


C'est comme ça, je suis quelqu'un qui vit avec passion. Le feu était resté éteint trop longtemps, c'est bon signe de retrouver cette vigueur ! I'm back :)


La grande décision qui est sortie de ce confinement a donc été de ne plus jamais me laisser déborder ainsi.

Que la priorité serait désormais de RALENTIR. Quitte à faire moins, quitte à faire plus lentement, quitte à décevoir certains.

A quoi bon avoir le plus beau des centres et le plus beau des fils si je ne peux profiter pleinement ni de l'un ni de l'autre ? Si les deux me tirent tellement de chaque côté qu'ils finissent par me déchirer à l'intérieur ? J'avais tout, mais je me sentais blessée, perdue. Je n'étais pas heureuse. Quand je pense à cette sensation de fatigue extrême, celle qui vient puiser jusque dans tes os, celle qui mettra des mois, des années à récupérer...

Je n'avais jamais pensé que ça aurait pu m'arriver : la sombre et menaçante expression "burn out" planait au dessus de ma tête... Je ne veux plus jamais en arriver là.


C'est une belle résolution :)

Mais difficile à mettre en place.


Il a fallu bouger quelques fondations de Soham Yoga sans que tout s'ébranle. C'est délicat. Avec Francine on a bien cru à un moment que tout allait s'effondrer. Mais on a réussi, ensemble, main dans la main, comme depuis le début. On a fini par amorcer le virage toutes les deux du même pas... Une nouvelle organisation, des nouvelles professeures, c'est la rentrée de tous les changements !

Désormais, je condense mes cours sur les dimanches et les lundis, pour deux journées à fond les ballons ! J'adore :) Et le reste de la semaine, c'est le travail sur l'ordinateur au rythme des siestes de Loup...

Et comme ça, d'ici quelques semaines, je pourrais facilement naviguer entre Toulouse et l'Ariège. Nous allons dès que possible installer un mobile-home ; en mode camping sur le terrain pendant la construction de la maison. Et je serai très heureuse de retrouver la grande ville pour pas plus de deux jours par semaine ;)


Pour l'instant, j'ai tellement hâte de quitter la ville ! A chaque fois que nous retournons sur le terrain, le retour est de plus en plus difficile... Je veux du calme, je veux du vert, je veux de l'espace, je veux le chant des oiseaux, je veux un jardin pour mon fils, je veux un potager pour ne plus faire les courses, je veux des gens souriants et une vie plus simple et plus paisible.

Je vois ma vie future en communion avec la nature qui m'entoure. Avec toujours plus de rituels pour célébrer la vie qui est partout autour, pour célébrer chaque matin le soleil qui se lève et nous offre une nouvelle opportunité de devenir meilleure, pour célébrer la Pleine Lune et toutes les femmes qu'elle porte, pour célébrer la nourriture qui pousse du sol et la Terre généreuse, pour célébrer chaque saison qui se succède et qui nous rappelle que tout tourne, tout passe.

Je vois ces rituels en famille, et Loup qui apprend le sacré de la Vie.

Je vois cette petite maison en bois, où l'essentiel est là. Où le matériel n'est qu'utile et où les amis sont bienveillants. Un petit coin en dehors du chaos, entouré de gens comme nous, où nous lutterons ensemble pour un monde plus sensé et plus humain.



Ok, c'est un long texte. Après un an et demi mois sans écrire, il fallait bien ça.

Je tiens à clôturer en partageant toute cette gratitude qui est dans mon coeur depuis quelques jours. Je suis heureuse d'en être arrivée là, je remercie pour tout ce que j'ai. Tout au long de mon chemin, je n'oublie jamais la chance que j'ai. Je suis privilégiée, et comme j'ai appris que ça ne sert à rien de s'en sentir coupable, je préfère le savourer, et continuer toujours à remercier la Vie.

Surtout dans ce contexte actuel, ce chaos mondial, je sais bien que mes problèmes n'en sont pas. Je sais bien que j'ai tout, et que une grande partie de ce monde n'oserait même pas rêver à la moitié.

Alors, chaque jour, je remercie la Vie. Je remercie pour ce fils en santé, pour cet homme à mes côtés. Ce sage, tellement ancré, tellement solide. Je remercie pour cette famille qui m'entoure, pour cette belle famille qui me soutient. Je remercie de pouvoir vivre de ma passion, de ne pas m'inquiéter de la fin du mois. Je remercie d'être en France, blanche, jeune et jolie. Je remercie pour tout ce que j'ai, et j'ai envie d'en être digne.

Je ne vais rien gâcher de tout ça, je me le promet. Je vais toujours faire de mon mieux pour rendre ce monde meilleur, pour aider les autres, aider l'Humanité, aider notre Planète à survire.

Je me fais le serment de ne jamais rien prendre pour acquis, est de célébrer chaque jour comme si c'était le dernier.